Quel type de société créer ?

société créer

Créer sa propre entreprise, quel beau projet ! Mais quel statut choisir ? Quel acronyme correspond au mieux à la création de société qui vous intéresse ? D’autant plus que les responsabilités, le capital social ou le régime fiscal varient d’un statut à l’autre. Ne vous précipitez pas et prenez le temps de faire des tests afin de trouver le statut juridique qui convient à votre projet.

Qu’est-ce qu’un statut juridique ?

Un statut ou une forme juridique est le cadre juridique qui offre la possibilité à la société de voir le jour et de pouvoir lancer ses activités. Aucune création de société ne peut se faire sans ce cadre d’où dépendent le bon développement de la société, la responsabilité qui incombe aux dirigeants, la capacité de financement ou encore la répartition du pouvoir. Il est alors déterminant de choisir la bonne forme juridique. Et cela que vous souhaitiez créer une sci, une SARL, une sas ou une EURL à vocation commerciale, industrielle, libérale ou encore artisanale.

Les différents critères

Que ce soit une création sasusas ou une sci, tout cela implique des critères de sélection qui doivent tout d’abord débuter par une rétrospective. En effet, avant de vous lancer dans le choix d’un statut juridique, peu importe lequel, faites état de votre situation. De manière générale, la création de société dépend en premier lieu de la volonté de la créer tout seul ou non. Vous pouvez alors choisir une EI ou entreprise individuelle, une EURL ou entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ou une sasu ou société par actions simplifiée unipersonnelle si vous vous lancez seul. Il faut aussi savoir qu’une société et une entreprise individuelle n’ont pas les mêmes besoins financiers. Même chose avec le régime fiscal et le régime social qui ne sont jamais similaires sous les différentes formes juridiques qui existent.

Avantages et inconvénients

Chaque type d’entreprise a ses avantages et ses inconvénients. De ce fait, domicilier son entreprise a un statut juridique qui aura toujours des conséquences. Il faut vous y préparer. En cas d’EI par exemple, le créateur est l’unique responsable des dettes, car son patrimoine personnel est confondu avec ses biens professionnels. Du coup, en cas de problème, tel un conflit juridique, les créanciers auront le droit de saisir leurs biens personnels sauf si une déclaration d’insaisissabilité devant notaire a été préalablement établie. Il est alors fortement conseillé d’opter pour l’EURL ou une SARL constitué d’un seul associé qui est plus sécurisante pour le créateur. Pour la SASU, elle est réservée aux projets de grandes envergures puisque si la société est sous cette forme, il est possible d’accueillir des investisseurs. Pour conclure, lors de la création d’une entreprise, prendre le temps de bien connaitre les besoins et la situation dans laquelle le créateur se trouve est impératif. Ensuite, ne jamais oublier de se préserver en protégeant le patrimoine personnel et en évitant d’être le seul responsable en cas de conflit. Des tests pouvant vous aider dans votre choix sont à votre disposition en ligne. Utilisez-les et bonne chance pour votre projet !