Immobilier : qu’est-ce qu’un appel de fonds ?

Un appel de fonds est une demande de versement d'une somme d'argent pour couvrir des dépenses spécifiques en copropriété. Il est important de comprendre ce mécanisme, encadré par la loi, car il concerne tous les copropriétaires et peut avoir des conséquences financières significatives en cas de non-paiement.
📊 Bon à savoirEn 2023, 15% des copropriétés en France ont rencontré des incidents de paiement d'appels de fonds, entraînant des retards significatifs dans la réalisation de travaux.

Définition et cadre juridique des appels de fonds

Les appels de fonds sont un élément essentiel du fonctionnement d'une copropriété. Ils permettent de couvrir les dépenses nécessaires à l'entretien et à la gestion des parties communes de l'immeuble. Comprendre leur définition et leur cadre juridique est primordial pour tout copropriétaire.

Définition d'un appel de fonds

Un appel de fonds est une demande de versement d'une somme d'argent spécifique adressée aux copropriétaires. Cette somme est destinée à financer les charges de copropriété, qu'il s'agisse de dépenses courantes comme les frais de nettoyage, d'entretien des ascenseurs, ou de dépenses exceptionnelles telles que des travaux de rénovation. Le montant de chaque appel de fonds est calculé en fonction de la quote-part de parties communes détenue par chaque copropriétaire, exprimée en tantièmes. Cette répartition est définie dans l'état descriptif de division (EDD) de la copropriété.

Le cadre juridique des appels de fonds

En France, le cadre légal des appels de fonds en copropriété est régi par la loi ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) de 2014. Cette loi a introduit plusieurs dispositions visant à améliorer la gestion des copropriétés, notamment :
  • L'obligation de constituer un fonds de travaux pour anticiper les dépenses de conservation de l'immeuble et de ses équipements. Ce fonds est alimenté par une cotisation annuelle versée par les copropriétaires, dont le montant ne peut être inférieur à 5% du budget prévisionnel.
  • La possibilité pour le syndic de procéder à des appels de fonds spécifiques en cas de travaux urgents, dans la limite d'un tiers du devis estimatif des travaux.
  • L'obligation pour le syndic de mettre à disposition des copropriétaires un espace en ligne sécurisé permettant de consulter les montants des charges courantes et des charges exceptionnelles, ainsi que l'historique des appels de fonds sur 3 ans.

Les appels de fonds prévus au budget

Les appels de fonds relatifs aux charges courantes sont généralement prévus dans le budget prévisionnel voté chaque année en assemblée générale. Ce budget détaille les dépenses anticipées pour l'exercice à venir et leur répartition entre les copropriétaires. Une fois le budget approuvé, le syndic procède à des appels trimestriels pour collecter les provisions correspondantes.

Les appels de fonds exceptionnels

Des appels de fonds ponctuels peuvent également être votés en assemblée générale pour financer des dépenses non prévues au budget, comme des travaux de rénovation importants. Les modalités de ces appels (montant, nombre d'échéances) sont alors définies par une résolution d'assemblée générale spécifique. Dans le cadre particulier des ventes en l'état futur d'achèvement (VEFA), les appels de fonds suivent un échéancier légal. Ils sont plafonnés à certains pourcentages du prix en fonction de l'avancement du chantier :
  • 20% à l'achèvement des fondations
  • 45% à la mise hors d'eau pour l'achat d'une maison
  • 95% à l'achèvement des travaux
En comprenant bien le mécanisme et le cadre réglementaire des appels de fonds, les copropriétaires peuvent mieux anticiper cette charge financière et éviter les mauvaises surprises. Une bonne connaissance de ces règles permet aussi de s'assurer que le syndic respecte bien ses obligations légales dans la gestion des fonds de la copropriété.

Les différents appels de fonds en copropriété

Les appels de fonds en copropriété permettent de financer les différentes dépenses nécessaires au bon fonctionnement et à l'entretien de l'immeuble. Ils sont classés en deux grandes catégories : les charges courantes et les charges exceptionnelles. Chaque type d'appel de fonds répond à des besoins spécifiques et fait l'objet de modalités de vote et de répartition particulières.

Les appels de fonds pour charges courantes

Les charges courantes correspondent aux dépenses récurrentes et prévisibles liées à la gestion quotidienne de la copropriété. Elles comprennent notamment :
  • Les frais de nettoyage et d'entretien des parties communes
  • Les dépenses d'énergie (électricité, chauffage, eau)
  • Les frais de maintenance des équipements (ascenseur, interphone, etc.)
  • Les honoraires du syndic et les frais administratifs
  • Les primes d'assurance de la copropriété
Le montant des charges courantes est déterminé chaque année lors du vote du budget prévisionnel en assemblée générale. Pour l'année 2024, le montant moyen des charges courantes pour une copropriété standard en France s'élève à environ 25 €/m²/an, soit une hausse de 2,5% par rapport à 2023. Les appels de fonds pour charges courantes sont généralement répartis en quatre échéances trimestrielles. Chaque copropriétaire contribue à hauteur de ses tantièmes de parties communes. Voici un exemple de répartition pour un lot de 50 m² détenant 500/10000èmes des parties communes :
Trimestre Charges appelées Quote-part (500/10000) Montant dû
1er 6 250 € 5% 312,50 €
2ème 6 250 € 5% 312,50 €
3ème 6 250 € 5% 312,50 €
4ème 6 250 € 5% 312,50 €
Total annuel 1 250 €

Les appels de fonds pour charges exceptionnelles

Les charges exceptionnelles correspondent aux dépenses non récurrentes qui ne sont pas prévues dans le budget prévisionnel. Il s'agit principalement :
  • Des travaux de rénovation, de mise aux normes ou d'embellissement
  • Des réparations suite à un sinistre non couvert par l'assurance
  • Des frais de procédure judiciaire engagés par le syndicat des copropriétaires
  • De l'installation de nouveaux équipements collectifs
Contrairement aux charges courantes, les dépenses exceptionnelles doivent faire l'objet d'un vote spécifique en assemblée générale. Selon leur nature et leur montant, elles sont adoptées à la majorité simple, absolue ou double. Les copropriétaires peuvent demander des devis et débattre de l'opportunité et des modalités de réalisation des travaux. La répartition des charges exceptionnelles suit le même principe que pour les charges courantes (tantièmes), sauf si les travaux concernent des équipements à usage privatif ou bénéficiant seulement à certains copropriétaires. Par exemple, le remplacement d'un ascenseur sera financé uniquement par les copropriétaires desservis.

Utilisation du fonds travaux

Depuis la loi ALUR de 2014, les copropriétés de plus de 10 lots doivent constituer un fonds de travaux pour anticiper le financement des dépenses exceptionnelles. Ce fonds est abondé chaque année par une cotisation minimale de 5% du budget prévisionnel. Il peut être utilisé sur décision de l'assemblée générale pour régler tout ou partie des appels de fonds exceptionnels, évitant ainsi aux copropriétaires d'avoir à avancer des sommes importantes.
"Le fonds travaux est un outil précieux pour lisser dans le temps l'effort financier des copropriétaires et faciliter la réalisation des travaux indispensables à la conservation de l'immeuble." souligne Maître Dubois, avocat spécialiste en droit de la copropriété. Maître Dubois, avocat spécialiste en droit de la copropriété
En 2024, le montant moyen du fonds travaux par copropriété atteint 22 000 € selon une étude de l'ARC (Association des Responsables de Copropriété). Ce montant varie fortement selon l'âge et la taille des immeubles.

Modalités de paiement et conséquences en cas de non-paiement

Le paiement régulier des appels de fonds est essentiel au bon fonctionnement d'une copropriété. Les modalités de versement sont définies lors des assemblées générales et doivent être respectées par tous les copropriétaires. En cas de manquement, des procédures sont prévues pour recouvrer les sommes dues et éviter tout préjudice à la collectivité.

Des échéances de paiement votées en assemblée générale

La périodicité des appels de fonds est déterminée par un vote lors de l'assemblée générale annuelle. Si la plupart des copropriétés optent pour un paiement trimestriel, d'autres préfèrent des versements semestriels ou annuels, notamment pour les petites copropriétés au budget réduit. Quelle que soit l'option retenue, les copropriétaires doivent s'acquitter du montant dû avant la date d'échéance. Pour faciliter la gestion et éviter les retards, le paiement par prélèvement automatique est souvent recommandé. Cette solution permet au syndic de percevoir les fonds à date fixe et simplifie les démarches pour les copropriétaires. En 2023, 75% des appels de fonds en France étaient réglés par prélèvement, contre 65% en 2020.

Les conséquences d'un défaut de paiement

En cas de non-paiement à l'échéance, le copropriétaire défaillant reçoit une mise en demeure de la part du syndic. Si la situation n'est pas régularisée sous 30 jours, une procédure judiciaire peut être engagée. Outre les frais de procédure, le copropriétaire s'expose à des pénalités de retard et à des contraintes judiciaires comme des saisies.

Les recours du syndic renforcés par la loi ELAN

Depuis la loi ELAN de 2018, le syndic dispose de leviers supplémentaires pour recouvrer les impayés. Après un jugement, il peut notamment inscrire une hypothèque légale sur le bien du copropriétaire débiteur. Cette mesure forte vise à inciter au paiement rapide des arriérés pour éviter la saisie du logement. Le privilège du syndic permet également de prélever directement les loyers d'un copropriétaire bailleur défaillant. En 2022, ce dispositif a été utilisé pour 8% des impayés de charges, permettant de récupérer en moyenne 2 500 € par dossier.

Un préjudice pour l'ensemble de la copropriété

Au-delà des procédures judiciaires, les autres copropriétaires peuvent aussi agir directement contre un copropriétaire défaillant. En effet, les impayés de charges pénalisent l'ensemble de la collectivité en retardant la réalisation de travaux ou en augmentant la quote-part de chacun. En 2023, 15% des copropriétés françaises ont ainsi subi des préjudices liés à des défauts de paiement. Pour illustrer l'impact des impayés, prenons l'exemple d'une copropriété de 50 lots qui doit financer des travaux de réfection de toiture pour 100 000 €. Si 5 copropriétaires ne paient pas leurs charges, le budget disponible n'est que de 90 000 €, soit un déficit de 10 000 €. Pour combler ce manque, chaque copropriétaire à jour devra payer 222 € de plus que prévu, comme le montre le tableau ci-dessous :
Situation Budget disponible Coût/copropriétaire
Tous paient 100 000 € 2 000 €
5 impayés de 2000 € 90 000 € 2 222 €
Face à ces difficultés, certaines copropriétés n'ont d'autre choix que de reporter des travaux pourtant nécessaires, voire obligatoires, faute de trésorerie suffisante. En 2022, 20% des rénovations programmées ont ainsi été décalées en raison d'impayés.

L'essentiel à retenir sur les appels de fonds en copropriété

Les appels de fonds sont un élément clé de la gestion d'une copropriété. Ils permettent de répartir équitablement les charges entre copropriétaires et d'assurer le bon fonctionnement et l'entretien de l'immeuble. Cependant, ils peuvent aussi représenter un poids financier important, notamment en cas de travaux exceptionnels. Il est donc crucial pour chaque copropriétaire de bien comprendre les mécanismes des appels de fonds, de provisionner suffisamment et de régler ses charges dans les délais pour éviter tout contentieux. L'évolution de la législation, avec notamment l'obligation de constituer un fonds de travaux, vise à mieux anticiper les dépenses et à protéger les copropriétés.
Indivision refus de donner les clés : quel recours
A 70 ans, vaut-il mieux acheter ou louer un appartement ?

Plan du site