Que faire pour réussir une demande de prêt en France ?

Si vous habitez à l’étranger et avez besoin de financement pour acquérir un bien immobilier en France, il vous faudra comprendre ce qu’il faut pour demander un prêt en tant qu’expatrié. Vous familiariser avec ce processus maximisera vos chances de succès. Poursuivez votre lecture pour une description étape par étape de ce que vous devrez faire.

Étape 1 – Comprendre ce que signifie être non-résident aux fins de l’impôt

En tant que non-résident, votre cas présentera certaines difficultés uniques que certaines banques peuvent avoir du mal à gérer : contrats de travail en langue étrangère, statuts professionnels sans équivalent en France (les CDI français n’existent pas en Chine par exemple) ), les salaires payés dans une monnaie locale, des réglementations fiscales strictes (par exemple FATCA, contrôles des changes), etc. Ces circonstances nécessitent une expertise particulière et sont plus difficiles à gérer pour les établissements bancaires français.

En conséquence, votre cas prendra plus de temps à traiter. Comptez environ 60 jours entre le compromis de vente et la promesse de vente, contre 45 jours pour les particuliers résidant en France.

De plus, avec des taux aussi bas qu’ils le soient, le crédit est devenu un produit phare que les banques utilisent pour attirer leurs clients vers des produits financiers plus rentables, que les non-résidents ne peuvent pas acheter. Pour compenser cela, les banques vous proposeront généralement des taux plus élevés qu’aux résidents ou aux contreparties financières.

Étape 2 – Calculez votre capacité d’emprunt

Avant de vous concentrer sur la propriété que vous souhaitez acheter, assurez-vous d’estimer votre capacité d’emprunt afin de savoir quel sera votre budget. Pour ce faire, la banque ou le courtier calculera votre revenu discrétionnaire, qui est égal à vos dépenses totales divisées par votre revenu net avant impôt (ainsi que vos revenus immobiliers), avec une pondération de 80% appliquée. En tant que non-résident, le taux de remboursement de votre prêt ne peut dépasser un maximum de 35 à 39%, le même que celui d’un résident traditionnel.

Quelle que soit votre capacité d’emprunt, sachez qu’il vous sera demandé de payer 15 à 30% du montant total à l’avance (hors frais de notaire). Les prêts sans dépôt sont extrêmement rares pour les non-résidents.

Afin de vérifier la source de ce dépôt et de s’assurer qu’il est conforme à la réglementation, la banque vous demandera des pièces justificatives – ex : relevés bancaires, formulaires de déclaration de cadeaux, etc.

Étape 3 – Déterminez le type de propriété que vous recherchez et assurez-vous qu’elle est admissible au financement.

N’oubliez pas de rechercher les types de propriétés pour lesquelles vous pouvez obtenir un financement en tant qu’expatrié. Les banques n’accordent pas de prêts pour tous les types de projets immobiliers. Cela est vrai pour les projets de construction, les propriétés qui nécessitent de nombreuses rénovations à financer, les chambres d’hôtes, les locaux commerciaux et les immeubles de bureaux. Les châteaux et manoirs sont également plus difficiles à financer, car il est plus difficile pour la banque de les revendre en cas de défaillance de l’emprunteur.

Avec ces types de propriétés, il n’y a pas beaucoup de solutions de financement pour les expatriés, mais il est toujours possible de trouver un prêt si vous êtes prêt à payer un acompte plus élevé.

Étape 4 – Une fois que vous avez trouvé une propriété, fournissez les pièces justificatives pour compléter votre demande

Une fois que vous avez trouvé une propriété, vous devrez préparer une demande avec toutes les pièces justificatives dont votre banque aura besoin pour évaluer votre situation et éventuellement vous offrir un prêt. Veuillez noter que toutes les banques ne demandent pas les mêmes documents. Certains exigeront des relevés bancaires des 12 derniers mois, d’autres n’auront besoin que des relevés des 3 derniers mois.

En embauchant un courtier en hypothèques habitué à traiter avec des expatriés, vous évitez tout va-et-vient inutile sur ces documents et gagnez du temps. Le courtier vous enverra une liste complète des documents nécessaires pour évaluer votre candidature, en fonction de votre état matrimonial, de votre situation professionnelle et de votre pays de résidence.

Vous aurez besoin d’un dossier complet, avec une documentation lisible (évitez d’envoyer des photos de vos documents sur smartphone) et des traductions par nos prestataires, si nécessaire. Cela maximisera vos chances de succès. En effet, certaines banques refuseront de regarder une demande si celle-ci est incomplète et contient des documents dans une langue étrangère.